« Hollande parle clair. Hollande gagne en autorité », la note qui ne devait pas échapper à l’équipe Hollande

Publié le par blogduconseiller

 

Ce soir, le Conseiller est soucieux. Il sent que son client lui échappe, que sous couvert de gérer le temps, il subit son silence plus qu'il ne le contrôle. Le Conseiller lui avait pourtant fourni un projet de séquence médiatique. 

 

note hollande 131111
Une guerre de mouvement de sept jours visant à :
- Clarifier la relation avec les futurs partenaires de gouvernement ;
- Imposer un leadership sans diktat.

1/ Ouverture de la séquence
à sortir du silence et incarner
Donner interview dans « Ouest France » : "Mon mandat : porter la gauche au pouvoir"

Les messages :
- « Je suis conscient de m'appuyer sur un socle d'électeurs fidèles et loyaux au PS »
- « Je leur dois de fédérer au-delà d'eux mêmes sans les trahir » (« l'esprit du rentier n'est pas le mien »)
- « Je dis à nos éventuels partenaires : il n'y a pas que la division qui est mortifère, il y a la confusion des responsabilités et des enjeux de nos accords »
- « Le rôle des négociations est de bâtir une offre politique meilleure, pas ‘plus ceci’ ou ‘plus cela’ - la surenchère, c'est l'affaire de la droite »
- Avertissement à JL Mélenchon : « Faire le travail de la droite c'est trahir la gauche. Le prochain dérapage marquera la fin de toute relation cordiale » (se faire poser la question « Donc pas de ministres du Front de Gauche? » - « Gagnons avant de penser à former un gouvernement. Mais pour répondre à votre question, cela me paraît de plus en plus difficile »)

Posture :

Un candidat qui remobilise les électeurs des primaires, qui en fait des ambassadeurs du vote utile et qui envoie un signal fort d'autorité*

2/ Interview transmise à l'AFP sous embargo la veille au soir pour nourrir les autres médias, et faire la « une » des matinales
à maintenir le volume

+ Présence radio des lieutenants avec 3 messages :
- « Nous ne négocions rien, nous construisons une alternative politique complète et forte »

- Rappelez la légitimité de François Hollande comme leader de la gauche : suffrages aux primaires, ancrage locale, homme neuf pour une France combattive mais apaisée

- « Les électeurs des primaires et les sympathisants de gauche ne peuvent accepter d'être insultés à travers FH par des personnalités à qui nous proposons un contrat de gouvernement »

- La droite trahit la France en consacrant son temps à invectiver FH au lieu de s'occuper des problèmes des Français.

3/ Lundi dans la journée : rencontre off avec 4 éditorialistes politiques durcissant la position
à rester sur la gauche, laisser critiques de la droite aux porte-parole

Messages off :
- « Je suis prêt à rompre dès maintenant avec Mélenchon pour calmer les volontés irrédentes » (EJoly)
- « Nous sommes capables d'isoler ceux qui nous nuisent pour le premier tour mais de manger leurs électeurs pour le second - je me prépare à ce scénario »


4/ Campagne virale de diffusion d'argumentaires « La gauche se mobilise », siglée Parti Socialiste : sur réseaux sociaux, campagnes d'e-mailing et d’affichage  à raviver l’esprit militant

Les messages pour que le sympathisant PS puisse raisonner ses amis / le kit argumentaire du sympathisant PS au sympathisant EELV/Front de Gauche

5/ Egrener 3 ou 4 « coulisses » pour faire vivre la séquence
à occuper l’espace et mettre le bordel

 

Objectif : connivence à gauche mais devoir de responsabilité (signaux pour conditionner les militants)


- « Mélenchon, quand je le lis je suis d'accord à 70%. Mais dès que je l'écoute, le chiffre tombe à 20% », aurait confié FH à un proche
- « D'après une étude restée confidentielle, l'électorat qui juge Hollande ‘Insuffisamment à gauche’ attend majoritairement un signal dans le discours plus qu'un accord avec les partis de gauche radicale »
- « Hollande prépare quelques mesures à la fois symboliques et radicales pour frapper un grand coup en direction de l'électorat de la gauche radicale » (1 ou 2 mesures Montebourg)


6/ Face aux accusations de « prise en otage » que la droite agitera, déléguer un porte-parole qui se fera les dents (Najat Vallaud idéalement) pour sa première polémique d'ampleur à cliver


- « L'UMP, otage de la droite archaïque, aimerait que nous soyons d’aussi mauvais démocrates qu'eux »
- « Il est vrai que dissuader les candidatures en les menaçant de leur couper les financements ou de révéler des affaires est beaucoup plus radical » (citer Sarkozy – Borloo)
- Prévoir polémique violente qui donnera un os à ronger à la droite et enverra un signal fort à l'électorat et aux relais d'opinion (s'attendre à critiques des médias - en réponse : persister, ne rien lâcher).

7/ Clore la séquence par un papier du « Parisien dimanche » (inutile de tenter le JDD qui a  choisi son camp - les laisser revenir...) qui raconte la séquence : « L'acte fondateur de l'autorité de François Hollande - comment il a mis au pas ses partenaires »
à valider la séquence

Commenter cet article

MonsieurPoireau 17/11/2011 11:50


Avec la confusion de l'accord avec EELV, ça a l'air déjà mal barré pour l'autorité de François Hollande !
:-/